C’est le terme qui est sur toutes les lèvres depuis une dizaine d’années : la transformation numérique. En quelques mots, il s’agit de l’arrivée et l’influence du high tech et de l’internet dans le monde du travail. Tous les secteurs de la vie économique semblent concernés, allant de la gestion des ressources humaines jusqu’au secteur bancaire. Les métiers du bâtiment ne sont pas en reste, quels que puissent être les types d’ouvrages et de chantiers. Mais de quoi parle-t-on exactement et en quoi le bâtiment pourrait en profiter ? Tout d’abord, il faut comprendre la notion de BIM, ou Building Information Model. Pour simplifier, il s’agit de modélisation 3D en tant que support ingénierie pour les études préalables en amont. De plus en plus d’acteurs arrivent sur ce créneau du management des techniques du bâtiment, tel que https://bim-synthese.fr/

Comprendre le processus BIM

Pour l’historique, il s’agit d’une technique dont les bases ont été théorisées au début des années 1990, destinée à réduire les défauts des conceptions sur plan sans aucune modélisation. En effet, les exemples de mauvaise conception sont hélas nombreux. Mais avant tout, décortiquons cet acronyme pour en comprendre le sens. Nous avons « B » pour building, terme qui recouvre plusieurs notions, allant de la construction d’un bâtiment jusqu’à celle d’une autoroute ou encore d’un pont. Ensuite, le « I » signifie information au sens de données d’une maquette, puis finalement le « M » pour model et management. C’est ce dernier terme qui fait tout l’intérêt de créer une maquette modélisée, principalement en 3D, bien que la 2D soit encore utilisée, ceci afin de pouvoir accompagner tout projet de bâtiment, quel qu’il puisse être. Les principaux métiers qui vont bénéficier du processus sont bien entendu ceux du BTP, tels que les bureaux techniques, ainsi que les architectes. De nouveaux métiers émergent également avec cette transformation numérique, comme les managers BIM qui font le lien pluridisciplinaire.

Exemples de réalisations en conception BIM

Si tout projet dans le bâtiment peut bénéficier du processus BIM, ce sont les plus grands projets au niveau national ou mondial qui peuvent rendre compte de la profondeur de cette innovation dans le domaine de la construction. Prenons l’exemple d’un nouveau raccord entre deux terminaux de l’aéroport Paris-Orly, qui totalise ainsi une surface de près de 80.000 mètres carrés, pour près de vingt mètres de hauteur. Un tel ouvrage titanesque n’aurait pu être mené à bien sans une conception initiale sans faille, mais aussi via un management efficace des aléas et contingences inhérentes à la collaboration entre les dizaines de corps de métiers qui sont intervenus sur le chantier. Pour rester dans la même aire géographique, les deux tours jumelles Duo à Paris (respectivement 122 et 180 mètres de hauteur) ont également été conceptualisées en processus BIM, afin de pouvoir s’intégrer parfaitement dans l’environnement urbain et respecter les contraintes multiples. Bien d’autres exemples se multiplient pour souligner le succès des chantiers sous processus BIM. Sans l’apport de cette transformation digitale, les constructions humaines n’auraient pu entrer pleinement dans le XXIᵉ siècle, pour relever les défis d’ingénierie et environnementaux de demain.

 

 

 

Tags:

Comments are closed